Malting Pot

Autant j’étais arrivée à Pékin avec un supplément bagages de connaissances à plaquer sur la toile gris opaque de la ville, autant l’inséparable et moi avons posé nos valises à Malte vierges de toute réflexion préalable sur ce que nous étions supposés y trouver.

Pékin en cinq couleurs

Pékin était grise et enfumée, mais j’ai tenu à vous rapporter quand même un peu de couleur. Orangée, bleue, verte, rose et pierre. Est-ce que ça doit vraiment compter comme du gris ?

La Chine hors les livres

J’ai jeté l’ancre en Chine pendant trois jours la semaine dernière, dans un cadre professionnel qui m’a laissé peu de temps d’émerveillement en dehors des repas.

Et puis je ne sais pas si émerveillement est le bon terme pour parler de Pékin, du ciel épais et gris qui descend jusqu’au sol, des voitures arrêtées par le trafic mais jamais par les piétons, des vélos mornes et bigarrés, des odeurs inhabituelles et des immeubles usés.

Dans le sens horaire.

Mon inséparable et moi-même nous sommes donc évadés le long de l’autoroute de Normandie pour deux petits jours de congés assez raisonnables. Pour les prochaines mini vacances, je propose désormais que nous rayonnions autour de Paris par autoroute dans le sens horaire, ce qui nous ferait pour les prochaines étapes du Beauvais, Compiègne, Reims, Troyes, Auxerre, Orléans/Tours, Chartres, et on recommence. Des vacances, oui mais : méthodiques. Ne risquons pas de nous égarer.