Il n’y a que ça de vrai !

J’avance doucement le long des 506 pages du Livre d’un homme seul, mais je me rends compte que je touche les limites de ce que je suis capable de comprendre et de ressentir en deux fois deux sessions quotidiennes de neuf minutes dans le métro, avec un changement le livre serré contre moi, entre le bouclier et la lettre d’amour.

En revanche, on a regardé pas mal de films…

The Arrivant.

Dimanche donc, j’ai couru le semi-marathon de Paris, mais contrairement à Leonardo DiCaprio, en deux heures je n’ai pas perdu un gramme.