No pain, no pain.

Est-ce qu’on est vraiment marathonienne si on n’a pas l’impression d’avoir dépassé ses limites, d’être allée au bout de sa vie, si on n’a pas dû lutter contre la certitude qu’on y arriverait jamais ?

Advertisements

The Arrivant.

Dimanche donc, j’ai couru le semi-marathon de Paris, mais contrairement à Leonardo DiCaprio, en deux heures je n’ai pas perdu un gramme.

Relativisons.

Ici samedi soir de veille de semi-marathon, premier semi-marathon, et je dois avouer une certaine angoisse.

De la balle.

J’ai découvert récemment qu’à la différence du labrador, j’étais capable de courir sans baballe.