No pain, no pain.

Est-ce qu’on est vraiment marathonienne si on n’a pas l’impression d’avoir dépassé ses limites, d’être allée au bout de sa vie, si on n’a pas dû lutter contre la certitude qu’on y arriverait jamais ?

Advertisements